Foire aux questions





19. Le participant aura-t-il toujours le même référent tout au long du projet ?


OUI. Il aura un seul référent « emploi » du Groupement d’employeurs toute la durée du projet (jusqu’au 34ème mois du CDI final)




20. Le participant garde-t-il en parallèle son référent de parcours (s’il en a un) ?


OUI. Si besoin et en fonction de la convention d’accompagnement.




21. Y aura-t-il des points réguliers, un suivi avec le.la référent.e qui aura positionné des candidats ?


OUI. En fonction des conventions et des obligations des cahiers des charges. Avant l’entrée dans le SAS, ce suivi se fera via Kristell De La Fontaine (kdelafontaine@lyonmetropole-mmie.fr). A partir du SAS, ce sera directement entre le référent GE et le référent initial.




22. Qui assure le suivi social et la résolution des freins périphériques ?


Le référent du Groupement d’employeur sera chargé de gérer les freins en lien avec le référent qui les accompagne dans le cadre des dispositifs.




23. Comment l’aide exceptionnelle de 250 euros pourra-t-elle être utilisée ? Qui pourra la mobiliser ?


Elle pourra être utilisée si aucune aide de droit commun ne peut être mobilisée et c’est le référent GE qui en aura la gestion.




24. Comment les aides de droit communs peuvent-elles être mobilisées ?


Elles sont mobilisables directement dans l’espace personnel de Pôle Emploi (ou via le référent RSA/IER) pour chaque participant. Les participants devront s’adresser à leur référent s’ils ont besoin d’être aidés dans la démarche.





FAQ RÉFÉRENT·E·S

Concernant Fair[e] ?

12. A quoi sert l’outil ?


L’outil sert à décrire les compétences acquises durant la vie professionnelle et les expériences extra-professionnelles. Il est la base de travail du projet de chaque participant durant toute la période du SAS et POEI. Il va également être utilisé pour mettre en lien les besoins en compétences des futurs employeurs avec les compétences des participants. Ainsi, l’outil CV n’est pas utilisé pour les recrutements. Lors du SAS, un accompagnement sera proposé aux publics pour compléter leur profil, l’affiner et leur permettre de visualiser les opportunités de métiers auxquels ils pourraient accéder.





Concernant l'outil eRHgo ?

12. A quoi sert l’outil ?


L’outil sert à décrire les compétences acquises durant la vie professionnelle et les expériences extra-professionnelles. Il est la base de travail du projet de chaque participant durant toute la période du SAS et POEI. Il va également être utilisé pour mettre en lien les besoins en compétences des futurs employeurs avec les compétences des participants. Ainsi, l’outil CV n’est pas utilisé pour les recrutements. Lors du SAS, un accompagnement sera proposé aux publics pour compléter leur profil, l’affiner et leur permettre de visualiser les opportunités de métiers auxquels ils pourraient accéder.





Concernant le SAS / POE ?

13. Comment est organisé le projet Fair[e]?


Le projet débute par un SAS de 5 jours durant lequel les participants vont tester leur motivation. Une POEI de 12 semaines débute ensuite. A la fin de cette dernière, les participants signent un contrat d’alternance de 12 mois. L’objectif final du projet pour les participants étant de signer un CDI avec une des entreprises partenaires engagées dans le projet.




14. Y-a-t-il une sélection à la sortie du SAS ?


Non.




15. Comment est évaluée la motivation des participants et par qui ?


Ce sont les participants qui s’auto-évalueront durant le SAS à l’aide d’outils d’animation et d’ateliers innovants.




16. A quel stade se situe « l’affinage » puis la validation du projet professionnel du participant ?


Tout au long du SAS et de la POE.




18. L’aide exceptionnelle de 250 euros pourra-t-elle être mobilisée durant le SAS ? La POEI ?


OUI. Si besoin après utilisation des aides de droit commun.




17. Est-ce que tous les participants accèderont à une POEI puis à un contrat d’alternance qui leur correspondra ?


OUI. c’est l’engagement du projet Fair[e]. En revanche, le projet porte une vision différente de la construction d’un parcours. Ainsi, un bénéficiaire peut se voir proposer un contrat de professionnalisation qui ne l’attire pas, car ce contrat lui permettra de développer des compétences nécessaires pour le métier final qu’il vise (à l’issue du parcours). Un participant qui refuserait tout poste en dehors de sa recherche finale de métier ne semble ainsi, pas forcément correspondre au projet.





Concernant l'accompagnement ?





19. Le participant aura-t-il toujours le même référent tout au long du projet ?


OUI. Il aura un seul référent « emploi » du Groupement d’employeurs toute la durée du projet (jusqu’au 34ème mois du CDI final)




20. Le participant garde-t-il en parallèle son référent de parcours (s’il en a un) ?


OUI. Si besoin et en fonction de la convention d’accompagnement.




21. Y aura-t-il des points réguliers, un suivi avec le.la référent.e qui aura positionné des candidats ?


OUI. En fonction des conventions et des obligations des cahiers des charges. Avant l’entrée dans le SAS, ce suivi se fera via Kristell De La Fontaine (kdelafontaine@lyonmetropole-mmie.fr). A partir du SAS, ce sera directement entre le référent GE et le référent initial.




22. Qui assure le suivi social et la résolution des freins périphériques ?


Le référent du Groupement d’employeur sera chargé de gérer les freins en lien avec le référent qui les accompagne dans le cadre des dispositifs.




23. Comment l’aide exceptionnelle de 250 euros pourra-t-elle être utilisée ? Qui pourra la mobiliser ?


Elle pourra être utilisée si aucune aide de droit commun ne peut être mobilisée et c’est le référent GE qui en aura la gestion.




24. Comment les aides de droit communs peuvent-elles être mobilisées ?


Elles sont mobilisables directement dans l’espace personnel de Pôle Emploi (ou via le référent RSA/IER) pour chaque participant. Les participants devront s’adresser à leur référent s’ils ont besoin d’être aidés dans la démarche.





Concernant les contrats d'alternance ?

13. Comment est organisé le projet Fair[e]?


Le projet débute par un SAS de 5 jours durant lequel les participants vont tester leur motivation. Une POEI de 12 semaines débute ensuite. A la fin de cette dernière, les participants signent un contrat d’alternance de 12 mois. L’objectif final du projet pour les participants étant de signer un CDI avec une des entreprises partenaires engagées dans le projet.




14. Y-a-t-il une sélection à la sortie du SAS ?


Non.




15. Comment est évaluée la motivation des participants et par qui ?


Ce sont les participants qui s’auto-évalueront durant le SAS à l’aide d’outils d’animation et d’ateliers innovants.




16. A quel stade se situe « l’affinage » puis la validation du projet professionnel du participant ?


Tout au long du SAS et de la POE.




18. L’aide exceptionnelle de 250 euros pourra-t-elle être mobilisée durant le SAS ? La POEI ?


OUI. Si besoin après utilisation des aides de droit commun.




17. Est-ce que tous les participants accèderont à une POEI puis à un contrat d’alternance qui leur correspondra ?


OUI. c’est l’engagement du projet Fair[e]. En revanche, le projet porte une vision différente de la construction d’un parcours. Ainsi, un bénéficiaire peut se voir proposer un contrat de professionnalisation qui ne l’attire pas, car ce contrat lui permettra de développer des compétences nécessaires pour le métier final qu’il vise (à l’issue du parcours). Un participant qui refuserait tout poste en dehors de sa recherche finale de métier ne semble ainsi, pas forcément correspondre au projet.





CONTACT

24, rue Etienne Rognon

69007 Lyon